Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Académie de Reims
Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
LA PEDAGOGIE
Le SNALC de Champagne-Ardenne
Avantages du Snalc
Nos recommandations
Qui sommes-nous ?
Les Actualités
Actu locale
Actu nationale
réforme du lycée
Samuel Paty
situation sanitaire
LES PUBLICATIONS
Guides papier
Journal académique
le Snalc dans les médias
Revue nationale
VOUS ETES...
AED
AESH
Carrière
Conditions de travail
Rémunération
BIATSS
Conditions de travail
Rémunération
CPE
Professeur contractuel
Professeur dans le supérieur
Professeur des écoles
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides 1er degré
Rémunération
Professeur du second degré
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides du second degré
Rémunération
Professeur stagiaire
Carrière
Conditions de travail
Guides et publications
Rémunération
PSY-EN
x

Agression d’une enseignante : ça suffit !

© iStock_SergheiTurcanu

Le SNALC exprime sa solidarité avec la collègue victime d’une violente agression hier de la part d’un élève, au lycée Prévert de Combs-la-Ville.

Le SNALC signale qu’un autre élève ayant eu l’idée de filmer la scène, et la vidéo s’étant retrouvée sur Twitter, tout un chacun peut constater la gravité de l’acte. L’élève ouvre violemment la porte de la classe devant laquelle se tient notre collègue ; cette dernière est projetée avec force contre le mur par l’action de la porte ; elle tombe alors au sol (comme l’indique le caméraman amateur sur la vidéo, d’un odieux « WEEESH ELLE A BETOM » (sic)). Pour le SNALC, l’expression « violemment bousculée » employée par l’Académie de Créteil est loin de donner à voir cette scène, qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques.

Le SNALC a noté que certains réflexes commencent à être pris par l’institution, ce qui est déjà une amélioration par rapport à l’ordinaire. En effet, la protection fonctionnelle a été rapidement accordée et un dépôt de plainte est annoncé.  Toutefois, le SNALC rappelle que cet acte est loin d’être « isolé », les lycées professionnels concentrant un grand nombre d’incidents graves, d’après l’enquête SIVIS menée par le ministère lui-même.

Le SNALC espère une sanction exemplaire contre l’élève agresseur, mais aussi contre l’élève qui a filmé la scène. Il assure de son soutien l’ensemble des enseignants et des personnels du lycée Prévert. Plus que jamais, les conditions réelles dans lesquelles nous enseignons doivent être connues de la société, afin qu’aucune agression physique ou verbale ne soit plus jamais balayée sous le tapis du « Pas de Vague ».

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi