Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Académie de Reims
Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
LA PEDAGOGIE
Le SNALC de Champagne-Ardenne
Avantages du Snalc
Nos recommandations
Qui sommes-nous ?
Les Actualités
Actu locale
Actu nationale
réforme du lycée
Samuel Paty
situation sanitaire
LES PUBLICATIONS
Guides papier
Journal académique
le Snalc dans les médias
Revue nationale
VOUS ETES...
AED
AESH
Carrière
Conditions de travail
Rémunération
BIATSS
Conditions de travail
Rémunération
CPE
Professeur contractuel
Professeur dans le supérieur
Professeur des écoles
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides 1er degré
Rémunération
Professeur du second degré
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides du second degré
Rémunération
Professeur stagiaire
Carrière
Conditions de travail
Guides et publications
Rémunération
PSY-EN
x

Surveillance des examens blancs : attention à la façon de compter les heures

© istockphoto@tommy

Surveillance des examens blancs, attention à la façon de compter les heures

Récemment, le SNALC a été informé d’une situation pour le moins étonnante. Dans certains établissements, il semblerait que le mode de calcul des heures de surveillance des examens blancs soit légèrement erroné.

En effet, certains chefs d’établissement semblent se lancer dans des comptes d’apothicaires.  Une heure de surveillance lors d’un examen blanc effectuée sur un créneau d’enseignement ne serait comptabilisée que pour 55 minutes et l’enseignant devrait donc encore 5 minutes. Ce qui après un bref calcul amène donc à la conclusion suivante après 10h00 de surveillance vous devriez encore 50 minutes à votre établissement. S’agirait-il d’une nouvelle méthode visant à minorer les HSE dues aux collègues ?

 

Si tel est le cas, le SNALC déplore donc que l’on puisse encore une fois chercher à économiser sur le dos des collègues qui pourtant ne comptent pas leur temps ni leur énergie pour organiser et corriger ces épreuves dans le but d’accompagner au mieux leurs élèves vers la réussite. Cela ne serait pas si grave, comme aiment à le souligner certains, si les enseignants français n’étaient pas déjà parmi les plus mal payés de L’OCDE.

 

A l’heure où le président nous indique vouloir revaloriser les missions périphériques et l’investissement des enseignants, il semble donc légitime au SNALC de demander à l’administration de bien vouloir mettre un terme à ce genre de pratique.

 

D’autres part, le SNALC profite de cette situation pour rappeler que comme le souligne la note d’information 21-20 de la DEPP: “Les heures supplémentaires effectives (HSE) qui correspondent à des heures effectuées ponctuellement sont assurées par des enseignants volontaires et ne comptent pas dans leur service hebdomadaire ordinaire”. 

 

Les enseignants devraient donc être à minima consultés avant de se voir inciter à réaliser ces heures de surveillance.  Quant au sacro-saint intérêt du service parfois présenté comme une épée de Damoclès aux collègues, le SNALC rappelle qu’il appartient à l’administration de l’utiliser avec parcimonie et de l’établir de manière rigoureuse et précise. 

 

En cas de problème, rapprochez-vous immédiatement du SNALC.

 

Le SNALC de Champagne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi