Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Académie de Reims
Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
LA PEDAGOGIE
Le SNALC de Champagne-Ardenne
Avantages du Snalc
Nos recommandations
Qui sommes-nous ?
Les Actualités
Actu locale
Actu nationale
réforme du lycée
Samuel Paty
situation sanitaire
LES PUBLICATIONS
Guides papier
Journal académique
le Snalc dans les médias
Revue nationale
VOUS ETES...
AED
AESH
Carrière
Conditions de travail
Rémunération
BIATSS
Conditions de travail
Rémunération
CPE
Professeur contractuel
Professeur dans le supérieur
Professeur des écoles
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides 1er degré
Rémunération
Professeur du second degré
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides du second degré
Rémunération
Professeur stagiaire
Carrière
Conditions de travail
Guides et publications
Rémunération
PSY-EN
x

Insultes envers Sylvie Germain : c’est logique !

© iStock_Pixavril
Après les écrits du baccalauréat de français en juin 2022, des élèves de 1ère se sont déchaînés via les réseaux sociaux sur Sylvie Germain, auteure du texte, trop complexe à leurs yeux, choisi pour l’épreuve. Cette dernière a ainsi reçu une pluie d’insultes et d’intimidations ainsi que des montages photos et vidéos violents.

Interrogée à ce sujet peu de temps après, Sylvie Germain a parfaitement résumé les choses : « Je suis plutôt inquiète du symptôme que cela révèle. C’est grave que des élèves qui arrivent vers la fin de leur scolarité puissent montrer autant d’immaturité, de haine de la langue, de l’effort de réflexion autant que d’imagination ».*

Malheureusement, ce déchaînement est logique. Durant toute leur scolarité, ces élèves ont  biberonné à la « bienveillance »**, à l’inflation des notes***. On a ringardisé la culture écrite, la pensée et l’effort. Certains ont traversé leur scolarité en passant automatiquement, parfois sans aucun travail. Dès lors, confrontés à un sujet de leur niveau, ces élèves ne le comprennent pas et le trouvent difficile. Et, peu habitués à faire face à la difficulté, ils ne savent pas se remettre en question. Leur vocabulaire pauvre et défaillant ne leur laisse que la violence pour s’exprimer en une logorrhée hystérique et puérile.

Cette affaire n’est que le reflet du lamentable échec de notre système scolaire.  La plus grande violence n’est pas dans les insultes ou les menaces proférées à l’encontre de Mme Germain ; elle tient finalement au fait de se prendre en pleine figure la misère intellectuelle de ces jeunes de 17 ans, à l’école depuis parfois 14 ans et qui n’ont à la bouche que violence et revendications, au lieu d’humilité et réflexion. Le pire est que, tout comme après l’imbroglio tragi-comique autour du mot « ludique » dans un sujet du bac professionnel cette année, seul le SNALC aura le courage de pointer la responsabilité de l’Education nationale dans ce marasme.

*Interview de Sylvie Germain dans Le Figaro, 21 juin 2022

** article De l’usage abusif du mot « bienveillance » dans l’Education nationale du SNALC Champagne

*** article Astuces pour gonfler les notes des élèves du SNALC Champagne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi