Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Académie de Reims
Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
LA PEDAGOGIE
Le SNALC de Champagne-Ardenne
Avantages du Snalc
Nos recommandations
Qui sommes-nous ?
Les Actualités
Actu locale
Actu nationale
réforme du lycée
Samuel Paty
situation sanitaire
LES PUBLICATIONS
Guides papier
Journal académique
le Snalc dans les médias
Revue nationale
VOUS ETES...
AED
AESH
Carrière
Conditions de travail
Rémunération
BIATSS
Conditions de travail
Rémunération
CPE
Professeur contractuel
Professeur dans le supérieur
Professeur des écoles
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides 1er degré
Rémunération
Professeur du second degré
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides du second degré
Rémunération
Professeur stagiaire
Carrière
Conditions de travail
Guides et publications
Rémunération
PSY-EN
x

Rémunérations : en panne sur la seconde marche de l’escalier ?

© iStock_DonNichols

Article publié dans la Quinzaine universitaire n°1454 du 11 juin 2021
Par Anne MUGNIER, membre du Bureau national chargé des rémunérations


La « prime d’attractivité » mensuelle présentée par le ministère dans le cadre de l’agenda social a commencé à être versée fin mai aux professeurs, CPE et Psy-EN.

 

Cette prime revalorise correctement les tout premiers échelons, mais est fortement dégressive et s’arrête après le 7e échelon : on attendait donc un plan de revalorisation pluriannuel pour l’ensemble de la carrière des personnels concernés. Il n’en sera rien.

 

Le premier des « douze engagements » du Grenelle de l’éducation publiés le 28 mai consiste ainsi à « mieux reconnaître financièrement l’engagement des personnels : 1,1 milliard d’euros en 2 ans (2021-2022). L’introduction évoque le souhait de l’État de « poursuivre ses efforts de rémunération en direction de ces mêmes personnels » et de « renforcer ainsi l’attractivité du métier de professeur ».

 

Mais cet engagement arrive à échéance aux prochaines élections et ne donne aucune précision sur la concrétisation de ces nouveaux « efforts » à destination des enseignants et « assimilés ».

Le texte précise ainsi que sur le budget de 700 millions annoncé pour l’année 2022, 100 millions seront alloués à « la montée en puissance des mesures de 2021 », 400 millions « pour la mise en oeuvre des nouveaux engagements » et 200 millions « pour la protection sociale complémentaire » (soit une participation de 15€ au financement de la mutuelle).

 

Il est également indiqué que la prime d’attractivité a un coût annuel de 253 millions d’euros, et que les « nouveaux engagements » incluent les corps d’inspection, les personnels administratifs, de santé et les AESH.

 

En recoupant ces quelques chiffres et indications, on comprend que l’augmentation des rémunérations des professeurs, CPE et Psy-EN sera de nouveau bien modeste, et qu’elle ne concernera une fois de plus que peu d’entre eux, laissant au gouvernement suivant le soin de poursuivre ou non cette poussive revalorisation des carrières sans perspective de long terme. Le ministère prévoit d’annoncer dès juillet 2021 le contenu des nouvelles mesures 2022, après avoir consulté en juin les partenaires sociaux. Rendez-vous donc le mois prochain pour juger de la pertinence des « efforts » consentis et de leur avenir.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi