Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Académie de Reims
Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
LA PEDAGOGIE
Le SNALC de Champagne-Ardenne
Avantages du Snalc
Nos recommandations
Qui sommes-nous ?
Les Actualités
Actu locale
Actu nationale
réforme du lycée
Samuel Paty
situation sanitaire
LES PUBLICATIONS
Guides papier
Journal académique
le Snalc dans les médias
Revue nationale
VOUS ETES...
AED
AESH
Carrière
Conditions de travail
Rémunération
BIATSS
Conditions de travail
Rémunération
CPE
Professeur contractuel
Professeur dans le supérieur
Professeur des écoles
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides 1er degré
Rémunération
Professeur du second degré
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides du second degré
Rémunération
Professeur stagiaire
Carrière
Conditions de travail
Guides et publications
Rémunération
PSY-EN
x

La culpabilisation dans l’Education nationale

© Pixabay_Gerd Altmann
Une once de flatterie, un soupçon d’injonctions contradictoires et force remarques lapidaires. Voilà la recette de certains encadrants de l’Education nationale. C’est un lent processus d’érosion et de déstabilisation.
 
Professeurs stagiaires, titulaires ou contractuels, AESH, tous les corps sont touchés par ces techniques managériales à en croire la rumeur qui gronde.

 

« Décidément, vous ne comprenez rien !
« Ça sent la paranoïa ! »
« Vous n’avez pas encore compris que les élèves font anglais parce qu’ils sont trop nuls pour faire allemand ? »
« Vous êtes connue pour vos légendaires maladresses »

J’en passe et des meilleures, toujours formulées sans témoins…

 

Ces remarques, indépendamment les unes des autres, sont anodines, insignifiantes. Répétées et accumulées, elles sont dévastatrices car elles finissent par saper notre confiance en nous. Le doute, l’appréhension s’installent, puis la peur d’aller sur son lieu de travail. On se fait petit, on évite la salle des professeurs mais parfois, votre bourreau entre dans la classe où vous enseignez. Vous tâchez de faire bonne figure face aux élèves car il le faut. Vous plaisantez car il ne faut rien montrer.

 

Un jour, une énième réflexion est prononcée. Mais, ce jour-là, quelque chose se brise. Elle est la remarque en trop. Ce jour-là, vous perdez votre envie d’être là, votre volonté d’enseigner, votre passion pour ce si beau métier de passeur de connaissances et de savoirs, votre confiance en vous… surtout vous vous perdez, vous.

 

Vous êtes au fond du trou, seul avec votre mal-être, votre souffrance et votre détresse et vous pensez que vous ne valez rien. Vous appartenez à cette caste des « faibles » que l’on fuit comme des pestiférés.

Un jour, à l’occasion d’une formation, vous entendez des collègues raconter leur histoire. Là, c’est à la fois un choc et le début de la guérison. Vous comprenez que vous n’êtes pas seul, que, non, ce n’est pas vous qui ne « pensez pas bien » et finalement, que ce que vous avez vécu à l’affreux nom de harcèlement.

 

Vous vous mettez à lire des écrits parlant des mécaniques de la manipulation, vous lisez également l’excellent Mémorandum du SNALC, rédigé par le secrétaire national Climat scolaire du SNALC , Maxime Reppert.

Mémorandum « Souffrance au travail », SNALC

 

C’est une révélation. Vous passez de l’ombre à la lumière. Et vous vous retrouvez enfin, non pas tel que vous étiez car vous avez définitivement perdu toutes innocence et naïveté mais vous êtes devenus plus alertes et conscients. Là, vous comprenez le sens de cette phrase : « Ce qui ne vous tue pas, vous rend plus fort ».

 

 

Claudine Beugnon, secrétaire académique du SNALC de Champagne-Ardenne
snalcdechampagne@gmail.com

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi