Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur

Académie de Reims
Search
Filtres génériques
Correspondance exacte uniquement
Rechercher dans le titre
Rechercher dans le contenu
Filtrer par Catégories
Sélectionner tout
LA PEDAGOGIE
Le SNALC de Champagne-Ardenne
Avantages du Snalc
Nos recommandations
Qui sommes-nous ?
Les Actualités
Actu locale
Actu nationale
réforme du lycée
Samuel Paty
situation sanitaire
LES PUBLICATIONS
Guides papier
Journal académique
le Snalc dans les médias
Revue nationale
VOUS ETES...
AED
AESH
Carrière
Conditions de travail
Rémunération
BIATSS
Conditions de travail
Rémunération
CPE
Professeur contractuel
Professeur dans le supérieur
Professeur des écoles
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides 1er degré
Rémunération
Professeur du second degré
Carrière
Classe exceptionnelle
Hors classe
Mutations / détachement
Rendez-vous de carrière
Retraite
Conditions de travail
Guides du second degré
Rémunération
Professeur stagiaire
Carrière
Conditions de travail
Guides et publications
Rémunération
PSY-EN
x

11 février : point sur la situation sanitaire

© istock_Dobrila-Vignjevic

Compte rendu de réunion au ministère

POINT SUR LA SITUATION SANITAIRE

Réunion du 11 février 2022 en visioconférence

Compte rendu du SNALC publié le 11 février 2022
Par Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC

En présence du ministre.

Les principales annonces envisagées (et qui seront probablement confirmées ce midi) sont :

 

  • protocole qui passe du niveau 3 au niveau 2 au primaire (fin de l’obligation du port du masque en extérieur, activités sportives en intérieur sans masques mais avec distanciation, brassage possible par niveau). Le second degré reste au niveau 2. L’EPS est bien en niveau 2 partout.

  • À partir du 28 février, un seul auto-test (à J2), qui permet à l’élève de revenir dans la classe → même doctrine qu’en population générale.

  • la déclaration sur l’honneur ne sera plus exigée.


Elles s’appliquent à la rentrée de vacances de chaque zone (sauf pour l’auto-test, donc).

 

Le SNALC accueille très favorablement la fin du masque dans les cours de récréation pour les élèves de primaire, qu’il avait demandée. Il en va de même pour la fin de l’attestation sur l’honneur, dont nous avions pointé la lourdeur et la faible utilité dès le départ. Sur les autres mesures, il estime qu’elles ne peuvent s’inscrire que dans la poursuite d’une diminution de la pandémie d’ici au retour des vacances, et qu’elles doivent faire l’objet d’un suivi accru pour éviter une éventuelle reprise, y compris sur un plan plus local.

 

Le SNALC demande qu’en termes de communication, on insiste bien sur le fait qu’il ne faut pas envoyer un enfant symptomatique à l’école. Il signale que c’est une bonne chose que les personnels soient informés  au plus tôt. Toujours en termes de communication, nous pensons que le ministère aurait gagné à ne pas « survendre » les remplacements effectués alors que toute la société s’est bien rendue compte des difficultés effectives, et qu’il aurait été plus digne de ne pas surmédiatiser les très rares retraités qui sont retournés devant une classe.

 

ÉCHANGES

Le principe d’un allègement a été avancé au dernier Conseil de défense. L’instance de concertation de mardi dernier a permis d’avoir les retours des syndicats représentatifs sur différentes hypothèses.

La situation sanitaire est en nette amélioration (même en faisant la péréquation du fait qu’une zone est en vacances).

 

La Foire aux questions sur les examens (baccalauréat) devrait être disponible aujourd’hui.

 

La situation des DOM sera étudiée au cas par cas : certains sont en nette baisse (Guadeloupe ou Guyane), d’autres (Martinique, Réunion…) ne sont pas dans cette situation.

 

L’avis du SNALC

 

Le SNALC continue de demander la reconnaissance financière de l’investissement des personnels depuis près de 2 ans.

 

Le SNALC insiste sur le travail de long terme à mener sur une École qui pourrait avoir à vivre encore longtemps avec le Covid. C’est pour cela que le travail sur la qualité de l’air, notamment, est important ; or aujourd’hui il n’avance pas. C’est aussi pour cela qu’il faut investir de façon structurelle dans le système scolaire, comme le SNALC et de nombreux autres le demandent depuis plus d’un an et demi. De ce point de vue, la politique en termes de postes et de dotations horaires dans le second degré ne convient pas, et ne permet pas de mettre en place de bonnes conditions de travail. C’est probablement en garantissant la qualité d’un certain nombre de paramètres de gestion de la pandémie que nous pourrions un jour enlever le masque à certaines périodes et dans certaines situations.

 

Le SNALC demande par ailleurs un travail précis avec la Direction Générale de l’Enseignement SCOlaire sur les aspects techniques des aménagements sur les examens qui ont été annoncés, y compris sur la voie professionnelle. Il rappelle qu’il demande la suppression des évaluations de mi-CP cette année, ainsi qu’un moratoire sur l’évaluations des écoles et des établissements d’ici la fin de l’année scolaire.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email

Lire aussi